Rechercher dans ma chambre

mercredi, janvier 12, 2005

Trahisons durables II

Un article du Devoir rapportait récemment ce propos de l'ancien premier ministre du Québec, Lucien Bouchard :

« La machine gouvernementale professe, officiellement, une prédilection pour les plans. Elle invite régulièrement les ministères à en établir. Ce qu'elle n'aime pas, c'est qu'ils voient le jour. Elle fait donc en sorte de les perdre dans les labyrinthes du Conseil privé et dans les innombrables comités qui poussent comme des champignons sur la colline parlementaire. Pendant ce temps-là, on garde les ministres occupés et on les tient en laisse. » (1)

Et si les choses se corsent ?

« Si les choses se corsent, si un plan ou un projet ambitieux est trop près d'aboutir, le prochain remaniement expédie le ministre ailleurs. Les tablettes de tous les ministères sont copieusement garnies de ces beaux efforts inachevés ou rejetés par le successeur qui se lance, à son tour, dans un autre exercice qui connaîtra le même sort. » (2)

La justesse et le caractère général de ce terrible aveu, une fois de plus, nous ramènent aux mille trahisons -- des plus insignifiantes aux plus graves -- auxquelles se livrent ceux qui reçoivent à chaque élection le mandat de promouvoir le bien commun.

Un aveu qui fournit une clef utile pour la compréhension de plusieurs événements politiques marquant l'actualité.

Or, ce ne sont pas les événements qui vont manquer au cours des prochains mois. D'abord le rapport de la Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise. Il sera difficile pour le gouvernement Charest de « tabletter » ce rapport qui est allé beaucoup plus loin que ce que le premier ministre souhaitait et qui pourrait marquer l'histoire du Québec.

Il y a aussi l'avant-projet de loi sur le développement durable, élaboré par le ministre québécois de l'Environnement, qui devrait mourir avant d'avoir vu le jour. Un remaniement ministériel opportun pourrait même expédier Thomas Mulcair à la tête d'un autre ministère, si jamais celui-ci montrait trop de pugnacité.

À suivre.

____________

(1) Cité dans : David, Michel. « Le pitbull vert ». Le Devoir [En ligne]. (Mardi, 7 décembre 2004) (Page consultée le 17 février 2008)

(2) Ibidem.

Aucun commentaire: